cover_final_web
Disponible ici:
DATE DE SORTIE:

02/21/2012

LES BARBES DE SÉRIES (2012)

+ PAROLES DES TOUNES

1. La Machine à Scorer

Tous les joueurs de hockey ont un rôle à jouer
C’est de même qu’ça marche si tu veux gagner
Le gardien de service arrête les pucks
Le 2e goaler ouvre la porte

Le préposé à l’équipement remplit les gourdes d’eau
Le coach remanie ses trios
Les goons s’donnent des coups de poings dans face
L’employé d’l’aréna fait la glace

Le gars de 4e ligne donne des mises en échec
Les plus cinglés font des cross-checks
Mais le plus important
C’est de la mettre dedans

REFRAIN
La machine à scorer, la machine à compter compter compter

Certain défenseurs jouent agressifs
Les « Stay at home » jouent défensifs
Le Capitaine se lève dans chambre
Il fait un speach, rallie la bande

Y’a des spécialistes des mises en jeu
Les Russes sont beaux à voir mais sont peureux
Y’a des gars pour tuer les punitions
Y’a en a d’autres qui sont rien que bons à maison

Les plus guerriers peuvent jouer blessés ou même malades
Les réservistes jouent d’ins estrades
Mais le plus important
C’est de la mettre dedans

BRIDGE
Les joueurs de hockey qui marquent 50 buts, moi ça m’épate
Les vrais scoreurs, c’est rare comme de la marde de pape
Ils ont un don pour la mettre top net
Pauvre Pete Peters, pauvre Ken Wregget

Les marqueurs naturels c’est de l’or en barre
Quand t’en a un dans ton club échange le pas, c’t’une denrée rare
Les hockeyeurs qui savent enfiler l’aiguille
C’est aussi précieux que des bijoux de famille

2. L'Affamée

Dans la limousine, dans piscine et sur la table de la cuisine
Sur le plancher, dans chambre à coucher, au 31e du complexe G

Dans le bain tourbillon, dans le cabanon, dans le cockpit d’un avion
Sur la laveuse, sur la sécheuse, pendant qu’elle passait, la balayeuse

Su’ a banquette arrière, dans le funiculaire, dans le showroom du concessionnaire
Sur le balcon, dans le buisson, pendant une randonnée de ski de fond

Dans la grande roue, l’matin au Drive Thru, au terrain de golf, su’l 15e trou
Au bout du lit, sur le tapis, dans cour à bois de la quincaillerie

Sur le comptoir, dans balançoire, en pédalo, dans l’ Winnebago
Dans le walk in, au terrain de camping, dans mini-van et même sur les Plaines d’Abraham

Dans ma roulotte, en Beauce à Woodstock, au château Frontenac, au cinéparc
Dans un vestiaire, d’in hélicoptère, dans l’ascenseur et dans la douche pendant des heures

Avec des feux d’artifices, d’in champ de maïs, su a piste de danse de chez Maurice
Sur la passerelle, dans la ruelle / Comme dans un film d’Emmanuelle

Dans un sauna ou dans un spa, avec du popcorn, au cinéma
Sur la plage, dans mon garage, dans la cabine d’essayage

Sur un voilier, dans l’escalier, dans le parking du poulet frit Kentucky
À l’aréna, au centre d’achat, pendant le show de Metallica

Au guichet automatique, d’une toilette chimique / Je le sais que c’est pas trop romantique
Au restaurant, sur le divan / Pendant le Super Bowl, à la mi-temps

Le matin, l’après-midi et pendant presque toute la nuit
Infatigable, c’est remarquable c’est une ressource inépuisable
Elle en veut plus, c’est jamais assez, encore et encore, elle est affamée

3. Hanrahan (Ta Femme Suzanne)

Change de Canal, change d’osti de Canal
Les Chiefs sont les plus toughs de la Ligue Fédérale
Braden, comptes-en un autre, on te paye pour
Lily t’a souligné, les bouttes ou ça fourre

Johnny trouve que l’éducation c’t’aussi important que l’cul pis a boisson
Denis Lemieux veut aller en Floride, c’est là qui est le motton
Le 1er avril y vont fermer l’usine
Morris, lui, veut une plotte su’l bord d’la piscine

Dave c’t’une terreur, Dave c’t’un tueur, mais Dave yé magané
Billy comment qu’a l’est la cerise su’l sundae
L’arbitre en chef veut du jeu propre
Mais dites pas ça à Oggy Oggiltorp

Go! Charlestown Go!

REFRAIN
Hanrahan, ta femme Suzanne a des seins bananes

Une game contre les CHIEFS ça peut faire mal
Jeff Hanson veut écouter l’hymne national
Le garçon d’Anita m’a d’l’air d’une future tapette
Billy comment t’es vends é sandwiches qu’ta femme t’a faites?

Reggie Dunlop est joueur-entraineur
Icitte à Charlestown y faut que le monde aille peur
D’ins filles des Ice Follies y en a des pas pires
Un coke, un orangeade, toute sauf l’ostie de rootbeer

Les Bulldogs ont habillé André “Poodle” Lussier
Ross Madison surnommé le chien enragé
Mais les Frères Hanson ont peur de personne
Ni même le chirurgien Tim McCraken

4. El Presidente

Sa chemise était poudre, le plus beau des bleus
Il arborait le numéro trente-deux
Au côté de Delino et de Jeff Fassero
Il a fait vibrer tous les fans des Expos

Entre chaque lancer il aimait bien prendre son temps
Mais sa balle rapide avait toujours du mordant
Dennis porta la moustache au long de sa carrière
3999 manches et deux tiers

BRIDGE
Gazon naturel ou surface synthétique
Il a défié Jeff Bagwell au Stade Olympique
Il n’a peur de rien, jamais il ne recule
Ah ce qu’on était bien de le voir au monticule

REFRAIN
Il chique chique chique chique du tabac

En plus d’un championnat de la World Series
Il a cumulé plus de 2000 retraits sur des prises (2149)
Il maîtrise tous les lancers, tels que la balle tombante
La rapide, la courbe et même la glissante

Un lanceur du tonnerre un athlète hors-pair
Le Nicaragua au complet en est fier
En ‘91, c’était le 28 juillet
El Presidente lança un match parfait

BRIDGE
Qui l’aurait cru, aucun frappeur sur les buts
Non personne sur les coussins, pas d’erreur ni de points
27 frappeurs retirés, par El Presidente
Le lanceur des Expos est devenu El Perfecto

5. J'te Trouve Écoeurante

Ça sonne pas très tough, mais j’te trouve charmante
Moi ma manière de le dire c’est que j’te trouve écœurante
T’es belle de face, t’es belle de profil
J’adore ton p’tit cul, j’adore ton style

T’es cute au boutte, t’es belle comme un cœur
Même si j’tun fan des Yankees, j’te trouve plus sexy que Derek Jeter
Si t’étais une Formule 1, tu serais une Ferrari
Je pourrais être Michael Schumacher, qu’est-ce que t’en dis?!

REFRAIN

J’te trouve écœurante, fallait j’te le chante
Les boys d’la shop en reviendront pas, quand y vont voir que c’est moi qui t’ai d’in bras
J’te trouve écœurante, fallait j’te le chante
Les gars du club de hockey vont capoter, quand y vont voir que c’est moi qui part avec toi

La princesse Leia ne t’arrive pas à la cheville
Ça serait pas gênant pantoute d’t’amener d’un souper de famille
Ta silhouette est incroyable
Si t’étais une saveur tu goûterais le sirop d’érable

La première fois j’ai eu d’la misère à parler
Angelina Jolie peut aller s’rhabiller
J’te verrais mannequin pour Victoria Secret
T’es pas mal plus hot que les Cheerleaders des Alouettes

6. J'accroche mes Patins

Pas d’ovation de 20 minutes comme pour Maurice Richard
Pas de manifestation publique comme pour Émile Butch Bouchard
Pas de comité d’accueil à l’aéroport
Absolument rien pour souligner mon départ

J’serai pas intronisé au Temple de la Renommée
Aux côtés de Mark Messier pis d’tous mes joueurs préférés
Pas de bâton d’argent ou de lithographie
Ni même une sculpture à mon effigie

REFRAIN

Mon dernier match, mon dernier tour de glace
C’est maintenant la fin, j’accroche mes patins
Les lumières sont éteintes, j’ai fait ma dernière feinte
Je jouerai pu demain ou après-demain, j’accroche mes patins

Je repense à tous les coups de poings que j’ai mangé su’l nez
A toutes les fois qu’j’ai joué blessé?
Ma cheville, mon genou, mes épaules sont fatigués
Mes jointures commencent à être maganées

Mes bras meurtris vous tendent le flambeau
J’suis peut-être pas Guy Lafleur mais j’en ai fait des tours du chapeau
La fin de ma carrière passe sous le silence
Ça y est, je tire ma révérence

7. Taureau Mécanique

Sortez vos chapeaux, attelez vos chevaux
C’est le temps du rodéo
Des bières en canette, des filles en salopettes
À soir ça n’sera pas chic ça va être laitte

J’me rase pas le poil su’ a bedaine
Mais je suis quand même un cowboy moderne
Je défie des animaux en furie
Qui marchent à l’électricité ou à batterie

REFRAIN
J’en ai failli perdre mon chapeau, mais je demeure le héros du rodéo
J’ai affronté cette bête électrique et j’ai vaincu cet animal mythique
C’est moi le king du taureau mécanique

Après avoir pris une couple de bières light
J’suis maintenant prêt à dompter la bête
Même si j’ai une couple de verres en arrière de la cravate
Je suis invincible, personne ne peut me battre

Au moment de monter en selle
Mon regard croise celui d’une demoiselle
Des nénés énormes et une queue de cheval
Mais batinse elle avait une culotte de cheval

REFRAIN

C’a y est, c’est l’heure
Je vais leur montrer que c’est moi le meilleur
On m’appelle souvent le roi des animaux
Parcqu’à vrai dire, je suis moi-même un taureau

8. Les Hommes Zébrés

Toutes les villes, toutes les cités ont leurs propres officiers
Pour faire respecter la loi, on leur donne le pouvoir d’être armés
Mais dans notre sport cruel, les arbitres n’ont que de vulgaires sifflets
Des brassards orange, des lignes noires et blanches sur leur gilet

Le dur métier d’arbitre comporte plusieurs tâches ingrates
Ils doivent souvent séparer des pugilistes qui se battent
Ils ont également le devoir d’appeler toutes les infractions
Et de mettre de pauvres innocents sur le banc des punitions

Les coachs détestent les chandails rayés
Les fans haïssent les hommes zébrés
Les joueurs trouvent que les arbitres sont des enfoirés
Tout le monde méprise les officiels au hockey

Les juges de lignes sont de vrais martyrs
Les arbitres en chef c’est encore pire (je parle de la situation et non des arbitres!)
Comme les Chrétiens dans le temps des Romains
Les amateurs veulent leur peau, rien de moins

Les officiels de la rencontre n’ont pas le droit à l’erreur
Méprisés, humiliés c’est ce qu’on appelle des souffre-douleurs
Mais sous leurs chandails rayés ils ont un cœur plutôt fragile
Soyons donc plus cléments avec eux, parfois ils sont utiles

Les plus rapaces de tous sont les juges vidéo
Ils changent l’allure des matchs dans leur bureau à Toronto
Mais ce sont les arbitres su a glace, qui doivent annoncer la décision
But refusé, la foule hurle, j’voudrais pas être dans leur caleçon!

9. Chantal Machabée

Yen a pas de plus belles (Bis) c’est une femme… exceptionnelle!
Je l’ai découvert quand elle animait Sport 30 Mag à l’époque où jouait encore Peter Zezel
Des courbes à couper le souffle, sous son tailleur, j’aimerais bien voir ce qu’elle camouffle

Une femme idéale (Bis)
Elle est à l’affût de tout ce qui se passe dans le circuit Bettman et j’ai nommé la ligue Nationale
Elle ne parle pas de Ricardo, mais d’Roberto Luongo, au yable les pédicures, elle jase de hockey bien sûr

REFRAIN
J’enlève mon casque, j’ai un fantasme
Je suis en amour avec Chantal Machabée
Elle me rend fou!
Comme une paire de défense, j’aimerais avoir ma chance
De faire…une cuillère, à ses côtés
Ma femme rêvée… Chantal Machabée

Elle est adorable (Bis) c’est une femme désirable
Peu importe ce qu’elle fait, peu importe ce qu’elle raconte mes yeux sont droit rivés sur cette femme incroyablement remarquable
Des courbes à couper le souffle, sous son tailleur, j’aimerais bien voir ce qu’elle camouffle

Elle est ravissante (Bis) quand elle parle… on dirait même qu’elle chante!
Comment une femme (Bis) peut à la fois connaître tous les sports en plus d’être extraordinairement séduisante
Elle ne parle pas de Ricardo, mais d’Roberto Luongo, au yable les pédicures, elle jase de hockey bien sûr

10. Les Barbes de Séries

La saison est finie
C’est maintenant le temps des séries
La période où les joueurs, ainsi que les goalers
Rangent dans leurs armoires, tous leurs kits de rasoirs
Pu de crème à raser, pu de pince à épiler

C’est mal vu d’être imberbe, il faut être comme un homme des cavernes
Pour ne pas perdre la face, faut avoir du poil dans face
Une moustache charnue, une grosse barbe poilu
Comme Éric Desjardins, Lanny McDonald pis Denis Potvin

REFRAIN
Le printemps, c’est l’temps des barbes de séries, moi j’aimais celle de Dave Lowry
Au printemps, c’est l’temps des barbes de play-offs, tout le monde a du poil, même Miikka Kiprusoff

Il faut avoir l’air tough, c’est maintenant le temps des play-offs
Du patinage de fantaisie, yen a pas d’in séries
On se met le nez dans le trafic, des coups de hache contre Billy Smith
Et pour montrer qu’on est brave, on se laisse pousser la barbe

Avoir du poil sur le menton et être fier comme l’étaient les bucherons
Avoir du poil sur les joues, Le look métrosexuel on s’en fout
On veut avoir l’air des guerriers, c’est pas un concours de beauté
Demandez ça à Jean-Jacques Daigneault et puis à Ken Daneyko

BRIDGE
Les joueurs d’hockey sont en période de guerre
Se laisse pousser la barbe comme Jean-Sébastien Giguère
Il faut arborer une barbiche
Ou porter fièrement une moustache comme Dave Babych
Quand Raymond Bourque a levé la coupe au bout de ses bras
Sa barbe argentée brillait dans tout l’aréna

11. Toune de Bière

J’veux aller à Taverne du coin
Assis avec des chums au bar, sti qu’on va être ben
Une grosse game à télévision
À soir on s’gâte, on boit comme des cochons

En bouteilles, en canettes ou dans un grand verre
On vide tous les frigidaires de bière
Ooooh
Ooooh

REFRAIN
Si tu veux me plaire, donne-moi de la bière, j’en veux à soir, j’veux de l’ostie de bière

À Baie James ou à Amos,
Je feelerais pour prendre une brosse
J’irais un peu partout
C’est tellement l’fun prendre un coup

Pendant l’tailgate avant une game de football
Avec un gros hot-dog au stade de baseball
En regardant un combat de Georges St-Pierre
Ou pour célébrer une victoire dans notre ligue de bières

Après avoir tondu la pelouse,
Quoi de mieux qu’une bonne caisse de 12
Rajoute donc un autre 6-pack
Ah pis enwoueye donc une 24 tabarnak

REFRAIN

Payez moi pas d’shooter de Jack
Non j’n’en veux pas d’verre de cognac
Il me semble que j’ai été clair
Tout ce que j’veux boire c’est de la bière

Je dédie cette toune-là à mes vrais amis,
Pis à Chris Chelios, aussi
Buvez donc celle-là à ma santé,
Pis chantez tous avec moé

REFRAIN

© 2018 Bob Bissonnette. Tous droits réservés.

Retour haut de page